Lettre ouverte à Julian Palmieri

Rappel des faits : ce vendredi 20 janvier, lors du match Bastia-Nice comptant pour la 22eme journée de Ligue 1, le niçois Mario Balotelli a été victime d’injures racistes et de cris de singes lors de l’échauffement des deux équipes. Dénoncés après le match par l’italien en personne sur son compte Instagram, ces actes odieux et condamnables ont révolté la plupart des acteurs du football français. Mais malheureusement pas tous, en témoigne de la sortie extrêmement maladroite du lillois Julian Palmieri. J’ai donc décidé de lui adresser une lettre ouverte.

LETTRE OUVERTE – 22 JANVIER 2017

Monsieur Palmieri,

Lors d’une interview réalisée peu de temps après votre match, vous avez affirmé « avoir regardé le match et n’avoir rien entendu ». Vous avez même remis en cause la parole de Mario Balotelli, et considéré que « venant d’un joueur comme ça, c’est dommage ».

Sans avoir connaissance des faits, que les caméras de BeInSport ont un peu plus tard confirmés, il était déjà maladroit de remettre en cause la véracité des accusations portées par Balotelli.

« Après une performance pareille, il devrait se faire tout petit ». Pouvoir considérer que la mauvaise prestation d’un joueur doive le dispenser de dénoncer des actes aussi graves que ceux-ci est absolument honteux. En plus de dédramatiser un comportement condamnable, cette banalisation a un triste goût de justification. Vous avez tenté de nous faire croire que, parce que vous avez joué en Italie et que vous avez probablement assisté à de telles scènes, ce genre d’acte devrait être pris à la légère. On pourrait vulgariser ces propos par un « C’est pas grave, ça arrive souvent ». Une telle affirmation se devrait elle aussi d’être condamnée.

Et que dire de vos références à Michael Essien et consorts, joueurs de couleurs il fut un temps adulés par le public bastiais. « On n’est pas racistes on a applaudi Michael Essien », sonne exactement comme « Je suis pas raciste j’ai un ami noir ». La vulgarisation est encore une fois volontaire, mais l’objectif est de mettre en lumière la gravité des propos que vous avez tenus.

Mais évidemment, l’affaire aurait pu s’arrêter à une vidéo d’excuse, où vous auriez pu justifier vos propos maladroits. Mais vous avez pris la décision extrêmement peu judicieuse d’en rajouter une bonne couche dans une vidéo tournée à froid, et donc que l’on peut imaginer comme préparée et réfléchie à priori. Dans un premier temps, vous condamnez en effet les cris de singe, et affirmez la nécessité de ne pas généraliser : tous les corses ne sont pas racistes. Très bien, ouf, quel soulagement.

Puis vous vous êtes fendus de ces propos extrêmement dangereux : « Mario Balotelli est un assez grand joueur pour faire abstraction de tout ça ».

Non Monsieur Palmieri, aucun homme n’est assez fort pour faire abstraction de tels propos. Pas même le mieux payé de tous les footballeurs. Aucun Homme, de quelque origine, couleur de peau, religion, que ce soit, ne doit laisser passer de tels agissements. Personne ne doit accepter d’être discriminé. Que l’on soit d’accord, vous n’avez pas donné raison aux quelques imbéciles présents en tribune. Mais banaliser un événement pareil a la même sensation. La condamnation doit être unanime, et votre amour pour la Corse ne doit en rien influencer vos propos.

Vous passerez probablement à travers les mailles du filet et ne vous retrouverez pas embêté par la Commission de discipline, mais de tels propos prouvent que vous ne méritez pas d’avoir quelconque temps de parole dans les médias.

Vous auriez pu vous contenter de condamner, vous avez choisi de banaliser et de justifier. Monsieur Palmieri, vous n’êtes ni un grand joueur, ni un grand Homme.

Thomas Mathiot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s