Bastia-PSG : inquiétante déroute en terre corse

Je l’affirmais avec espoir il y a 4 jours de cela, la prestation livrée par les parisiens en Coupe de France face à Montpellier était « de bonne augure pour la suite ». Retour sur ce Bastia-PSG, au scénario improbable et très inquiétant.

Lors de la trêve hivernale et du stage effectué à Marrakech par l’ensemble du groupe, Laurent Blanc avait affirmé qu’il serait moins indulgent avec ses joueurs lors de cette seconde partie de saison. Large vainqueur de Montpellier quatre jours plus tôt, c’est donc grands favoris que les parisiens se présentaient cet après-midi en Corse, face au 19ème de Ligue 1, Bastia.

Paris n’aura joué que 30 minutes

Tout avait pourtant très bien commencé pour le PSG, qui avait ouvert le score dès la 10ème minute grâce à lob génial de Lucas sur son ex, et futur, coéquipier Alphonse Areola. D’ordinaire, après avoir ouvert le score, les parisiens se mettaient à ronronner tranquillement. Mais ce match n’avait vraiment rien d’ordinaire. C’est pourquoi le PSG doublait la mise grâce à un plat du pied d’Adrien Rabiot. A la 20ème minute, le PSG menait déjà 2-0.

Le club de la capitale n’avait plus qu’à gérer tranquillement son match face à des bastiais qui avaient déclaré avant le match qu’ils se préparaient à prendre une grosse raclée. En position de force donc, le PSG s’est pourtant écroulé.

Une efficacité bastiaise remarquablement surprenante

4 tirs cadrés, 4 buts. 2 fois moins de passes que son adversaire, 2 fois plus de fautes. 

L’extraordinaire remontée des corses débute à la 32ème minute, lorsque l’arbitre monsieur Fautrel siffle un pénalty litigieux suite à une main de Van der Wiel. Juste avant la mi-temps, les bastiais reviennent au score grâce à une tête de Modesto. La mi-temps se termine sur un score de 2-2.

Comme dit ci-dessus, Blanc s’affirmait il y a peu comme « plus exigeant, moins indulgent ». Sans savoir quelle causerie le coach parisien a choisi lors de la pause, celle de Ghislain Printant, coach bastiais, s’est avérée bien plus payante.

Au retour des vestiaires, et suite à une somptueuse volée de l’extérieur de la surface allant se loger dans la lucarne de Douchez, Palmieri donne l’avantage aux siens. Et puis, plus rien. Une incroyable motivation des joueurs bastiais, et une inquiétante, voire même honteuse, nonchalance généralisée des parisiens.

Les entrées successives de Verratti et Bahebeck n’y feront rien, le PSG ne reviendra pas. Et pour couronner le tout, Palmieri s’offre un doublé dans le temps additionnel au bout d’une action lors de laquelle la charnière centrale du Brésil, ce n’est quand même pas rien!, s’est totalement trouée. 4-2 score final.

Face au 19eme de Ligue 1, le PSG a donc livré une prestation très inquiétante. Une nonchalance à la limite de l’irrespect de l’adversaire et de tous les supporters parisiens. Cette lourde défaite aura, je l’espère, l’effet d’une grande claque en plein visage de parisiens de moins en moins supportables. Réponse mardi en Coupe de la Ligue face à Sainté…

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Mathiot dit :

    Article très clair et qui reflete parfaitement la
    Philosophie de ce
    Match. Ce dernier est a oublier très vite.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s