Lionel Messi, marionnettiste de l’Institution barçelonaise

Alors que l’Observatoire du Football du Centre Internation d’Etude du Sport (CIES) vient de conforter Léo Messi en tête des joueurs les plus chers d’Europe (220M€), ce dernier a encore une fois agité la toile par sa crise de nerf débutée dimanche.

Nous sommes le dimanche 4 janvier 2015. Le Barca dispute un match très important face à la Real Sociedad de David Moyes. A la clé, une place de leader aux dépends du Real, défait la veille par une excellente équipe de Valence (1-2, ndlr).

 

Une défaite au goût amer

Luis Enrique, le coach catalan, décide de faire débuter Lionel Messi sur le banc. Au final, le Barca s’incline par la plus petite des marges et loupe une occasion d’engranger 3 points et une bonne dose de confiance en ce début d’année. C’est le début d’une crise de nerf sans précédents, accompagnée par quelques folles rumeurs dont le club catalan n’avait pas vraiment besoin.

D’ordinaire si tranquille, l’Institution barçelonaise se révèle chamboulée par une vague néfaste s’étant violemment abattue sur la Catalogne. Lundi matin, lendemain de défaite à effet gueule de bois, le directeur sportif du FC Barcelone, Andoni Zubizarretta, est limogé par la direction du club. Dans le même temps, les quotidiens sportifs espagnols évoquent le nom du quadruple ballon d’Or. Remplaçant à Saint-Sebastien, ce n’est pas pour ses performances qu’il fait tant parler de lui. Léo Messi s’en serait en effet pris à son entraîneur après le match. Selon lui, Luis Enrique est responsable de la défaite des siens et le technicien espagnol aurait dû le titulariser dès le début du match. Le fait est que le lendemain, Messi ne se présente pas à l’entraînement, ouvert aux enfants, et se justifie par une gastro-entérite. Marca affirme que « personne n’y a cru ».

Mais quelle est donc la réelle justification de l’absence de Léo Messi à l’entraînement ?

Une rumeur provoquée pour provoquer

 

Dans la soirée de lundi, la Superstar au comportement adolescent a tant bien que mal continué à faire grincer des dents sa Direction. Sûrement suite à sa crise de nerfs survenue la veille, Léo Messi a jugé bon de provoquer un peu plus les siens en suivant les comptes Instagram des joueurs de Chelsea Filipe Luis et Thibault Courtois… ainsi que le club londonien lui-même.

Sans chercher à distinguer simple provocation et réelles envies d’ailleurs, la Toile s’est instantanément embrasée et nombreux ont été les médias à relayer le divorce définitif entre Léo Messi et Luis Enrique. Le quotidien Mundo Deportivo assure que la relation entre les deux hommes se détériore « de plus en plus ». 

Le problème demeure malgré tout l’autorité inversée qu’exerce Messi sur ses, d’ordinaires, supérieurs. Cet été, il nous avait fait part de ses caprices de stars, et avait déjà joué la carte de la provocation en suivant le compte Instagram de Man City. Au bout du compte, prolongation de contrat et revalorisation salariale. La question est donc de savoir si cette fois-ci l’Institution qu’est le FC Barcelone va encore se laisser marcher sur les pieds par sa Superstar au comportement de plus en plus capricieux.

Evidemment, je n’entends pas par là que Messi n’a pas son mot à dire sur les performances des siens, mais simplement que le Barça, loin d’imposer la suprématie qu’on lui connaissait, se devrait de réaffirmer la hiérarchie selon laquelle la Direction a plus de pouvoir décisionnel que ses joueurs, Superstars soient-ils … affaire à suivre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s