Vincent Enyeama, un gardien au parcours atypique

Pas un ballon n’a franchi la ligne de but du désormais gardien titulaire du LOSC depuis plus de deux mois. Elu très logiquement joueur de Ligue 1 du mois de novembre suite à la répétition de performances de grande classe, je vous propose un retour sur le parcours atypique d’un gardien enfin sous le feu des projecteurs.

Un début de carrière dans son pays natal

Vincent Enyeama débute sa carrière en 1999 avec le club d’Ibom Stars. Il y dispute, malgré son très jeune âge, 56 matchs entre 1999 et 2001 et y marque un but.

En août 2001, alors âgé de tout juste 18 ans, il signe avec l’un des club phares du Nigéria : le FC Enyimba.

Champion à 3 reprises lors de ses 4 saisons passées sous les couleurs du club de la ville d’Aba, il dispute un total de 100 matchs et y inscrit … 10 buts. Souvent désigné tireur de pénaltys, il s’inscrit déjà dans le cercle très fermé des gardiens buteurs, aux côtés des célébrissimes José Luis Chilavert ou autre Rogerio Ceni.

En 2002,  Festus Onigbinde , à l’époque sélectionneur des « Super Eagles » (surnom donné à l’équipe nationale du Nigéria, ndlr) repère le jeune gardien et l’appelle pour la première fois pour porter les couleurs de son pays. Dans le groupe pour participer à la Coupe du Monde 2002, il ne dispute aucun match et voit son équipe sortie dès le premier tour.

En revanche, en 2004, il joue l’intégralité des matchs de la CAN, et mène son équipe jusqu’aux demi-finale de la compétition.

Il signe en 2005 avec le Iwuanyanwu Nationale, chez qui il ne reste que six mois. Un passage assez rapide mais pas anodin puisqu’il se fait dès lors repérer par le club israëlien du Bnei Yehoudah FC.

Une carrière européenne en crescendo

Débarqué alors chez l’un des perturbateurs du championnat israélien, Vincent Enyeama y découvre laCoupe UEFA. Après 57 matchs et une notoriété peu à peu forgée, il fait de l’oeil aux grosses écuries du championnat. Ainsi, il signe dès 2007 avec le club de l’Hapoel Tel Aviv.

 

Incontestable titulaire, et considéré comme un joueur « toujours souriant et optimiste », il permet à son club d’éviter la relégation lors de la saison 2008-2009 en multipliant les parades de grande classe auxquelles il nous habitue depuis quelques mois. Au delà de cette saison difficile, il joue 15 matchs d’Europa League (ex-Coupe UEFA), comptabilise près de 164 matchs en quatre saisons disputées sous le maillot rouge et blanc de l’Hapoel et, redevenu tireur de pénalty de son club, marque 15 buts.

Cette période très fructueuse lui aura permis de disputer sa première Coupe du Monde en tant que titulaire, en 2010 et d’attirer les convoitises de clubs plus côtés.

Une arrivée timide dans l’Hexagone

A 28 ans, il débarque à Lille en tant que doublure de Mickaël Landreau et signe un contrat de trois ans chez les Dogues. Lors de sa première saison lilloise et du fait de son statut de remplaçant, il ne dispute logiquement pas la moindre rencontre. En manque de temps de jeu et manquant au championnat israëlien, il y retourne pour s’engager avec l’ennemi juré de l’Hapoel et autre club de Tel Aviv : le Maccabi.

En milieu de saison, il est l’un des principaux acteurs permettant au Nigéria de remporter la Coupe d’Afrique des Nations.

A la fin de son prêt, son nouvel entraîneur René Girard le désigne gardien titulaire du club, pour remplaçer Steve Elana, auteur d’une saison fébrile. Décisif, remarquable, salvateur, les qualificatifs que lui adjuge la presse française ne trompent pas. Auteur notamment d’un match absolument incroyable contre Monaco, il garde sa cage inviolée depuis 855 minutes et permet à Lille de pointer à la seconde place du championnat.

Vincent Enyeama est longtemps resté dans l’ombre mais, dès ses premières apparitions sur la scène internationale, que ce soit avec le Nigéria ou avec l’Hapoel Tel Aviv, il montre peu à peu à l’Europe du foot toute l’étendue de son talent. Travailleur humble mais peu bavard, il se montre sous le feu des projecteurs malgré une volonté de ne pas trop s’exposer.

Aujourd’hui, il est récompensé à sa juste valeur par une place de titulaire dans l’un des meilleurs club de France et un statut de titulaire incontestable au sein de la sélection nigériane. Le Nigéria, qui ira par ailleurs au Brésil pour espérer marquer les esprits dans la plus grande et sûrement la plus belle compétition jamais organisée.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :